AccueilAdresse

On a trouvé le café qui donne envie de (re)découvrir Montmartre

Publié le

par Robin Panfili

Cuisses de grenouille et croissant aux escargots, la cheffe Amandine Chaignot se réapproprie les classiques du bistrot.

On l’a (re)découverte à Pouliche, d’abord en version attablée, puis en petit marché de quartier pendant les confinements successifs. La voilà désormais bistrotière, en plein cœur de Montmartre, pour notre plus grand bonheur. Après quelques mois de travaux et une remise au goût du jour de ce petit café de quartier, Amandine Chaignot joue depuis peu sa nouvelle partition au Café de Luce, qui reprend "le meilleur du répertoire bistrotier qui rappelle à la nostalgie".

© Anne-Claire Héraud

© Konbini

Dans ce café imaginé comme un lieu de vie et de quartier, la carte comblera toutes les envies, du matin au soir. Un café-croissant, des tartines au beurre, des œufs à la coque ou une faisselle de campagne pour commencer, un croissant chaud (on vous recommande celui aux escargots et, l’autre, au jambon de Paris et comté) pour la pause de 11 heures, une tête de veau sauce gribiche, un tartare-frites, un paillard de volaille jaune, des pâtes (des casarecce à la crème d’artichaut et sauge, copieuses et satisfaisantes) ou encore une truite mi-cuite et haricots verts à midi, pour le déjeuner.

© Anne-Claire Héraud

© Anne-Claire Héraud

Pour le dessert ou un goûter anticipé, une île flottante aux pralines roses (validée), une tarte de Luce – la grand-mère de la cheffe – (très validée), une poire Belle-Hélène et une mousse au chocolat praliné et aux noisettes torréfiées. Un ensemble réussi, en plein cœur d’un Montmartre où l’on ne sait parfois pas vraiment où aller s’attabler par peur de se faire avoir, qui sublime les codes du bistrot sans les caricaturer, qui les réinvente sans les torturer. 

© Anne-Claire Héraud

Si les prix sont, certes, plus élevés que dans les bruyants bouillons qui fleurissent un peu partout à Paris – et ailleurs – depuis quelques années, les plats et leur savante touche bistronomique, eux, valent le détour, tout comme l’agréable terrasse arborée qui entoure l’établissement. Après tout, ce n’est pas tous les jours qu’on a l’occasion de s’envoyer des cuisses de grenouille ou un étonnant croissant chaud aux escargots.

© Anne-Claire Héraud

Café de Luce
2, rue des Trois Frères (Paris 18) 
Réservations ici.

À voir aussi sur food :