AccueilNews

Ce bar à tequila veut devenir une église... pour rester ouvert durant l'épidémie

Publié le

par Konbini Food

Le patron du bar a fait toutes les démarches et vient de déposer son dossier.

Au Royaume-Uni, l’épidémie continue de faire des dégâts et les commerces, restaurants ou bars sont majoritairement contraints de fermer leurs portes, y compris le 400 Rabbits, un bar à tequila et mezcaleria de la ville de Nottingham. Las de cette situation et à court de solutions, le patron de l’établissement James Aspell a eu une idée. Puisque les lieux de culte sont autorisés à ouvrir et à honorer les services, pourquoi ne pas transformer le bar en église ?

Après s’être creusé la tête, James Aspell est allé retirer un formulaire et a fait toutes les démarches pour amorcer cette transformation du lieu. "L’idée derrière tout ça est évidemment ironique, mais elle vient d’un lieu sérieux, a-t-il confié au Nottinghamshire Live. Avec les nouvelles restrictions, nous sommes obligés de fermer et on pourrait attendre des mois avant de pouvoir rouvrir."

© 400 Rabbits

Ainsi est née (ou presque) la "Church of the 400 Rabbits". "Rejoignez-nous pour commencer notre voyage ne répondant à aucune des grandes questions de la vie, écrit ironiquement le bar sur son site Internet. Des questions telles que : pourquoi sommes-nous ici ? Quel est le sens de la vie ? Pourquoi n’ont-ils pas fait voler les aigles au Mordor ? Et pourquoi Dominos a-t-il arrêté de fabriquer la double base de pizza ?"

Les membres peuvent d’ores et déjà s’inscrire pour rejoindre la congrégation, soit en devenant un "Bunny Believer" (c’est gratuit et vous obtenez même un certificat d’adhésion officiel), soit en devant un "Révérend des lapins vertueux" (en échange de 10 livres sterling, vous obtiendrez le titre, le certificat et un tee-shirt). Tous les frais seront reversés à Emmanuel House Support Centre Winter Appeal, une structure qui vient en aide aux sans-abri en leur fournissant un accès aux douches, aux toilettes et des repas chauds.

Bien que les démarches soient en cours et la communauté en plein développement dans la ville de Nottingham, James Aspell ne compte pas pour autant ouvrir sans l’accord officiel des autorités… auquel il ne croit pas vraiment. Mais il tient à préciser une chose : il n’a fait ça que pour interpeller l’opinion (et Jimmy Fallon) avec humour, et non pour "offenser qui que ce soit".

À voir aussi sur food :