PAUL FAITH / AFP

Ce pub irlandais livre des pintes de bière directement sur le pas de votre porte

À Belfast, la Guinness, célèbre bière brune irlandaise, n'a pas arrêté de couler malgré le confinement.

"Les gens sont ravis de vous voir" : dans un Belfast confiné, la Guinness coule encore à flots grâce à Richard Keenan dont les vans sillonnent la ville pour éponger la soif d’habitués privés de pubs. Comme l’ensemble des établissements au Royaume-Uni, son pub, The Hatfield House, a dû fermer pour lutter contre la pandémie de coronavirus.

Loin d’être découragé, M. Keenan a eu l’idée de redéployer son personnel dans quatre vans, équipés pour l’occasion de fûts réfrigérés et de robinets à bière, comme au comptoir de n’importe quel pub. Depuis la semaine dernière, ses élégants pubs roulants écument Belfast, livrant sur rendez-vous quelque 300 pintes par jour de Guinness, la célèbre bière brune irlandaise.

Publicité

Le personnel a revêtu masques, visières et gants, afin de respecter les consignes sanitaires essentielles et servir sans crainte le breuvage dans des gobelets en plastique. Les distances de sécurité sont respectées avec les clients pour éviter tout risque de propagation du virus qui a tué 13 000 personnes au Royaume-Uni.

Même si la Guinness existe en canettes, les fins connaisseurs assurent qu’elle a un goût incomparable quand elle est servie en bière pression, sans précipitation et en deux fois. "C’est notre ADN par ici. Les canettes, c’est bien mais ce ne sont pas des pintes", prévient M. Keenan, qui dit conduire avec "un grand sourire toute la journée".

"C’est notre ADN"

La décision de fermer les pubs n’a pas été prise à la légère par le gouvernement. "Nous privons le peuple libre du Royaume-Uni d’un droit ancien et inaliénable", avait lancé alors le Premier ministre, Boris Johnson. Le secteur des bars et des restaurants est l’un des plus durement frappés par le confinement, d’autant que leur situation financière était souvent précaire avant la crise du coronavirus.

Publicité

Les pubs se retrouvent en outre avec des dizaines de millions de litres sur les bras, qui ne pourront pas être consommés et dont les dates de péremption sont souvent de quelques semaines ou mois, notamment pour les ales, un type de bière à fermentation haute, particulièrement prisé des Britanniques. L’association Camra (Campaign for Real Ale), qui défend les pubs traditionnels, estime que l’équivalent de 50 millions de pintes va devoir être jeté dans les 39 000 pubs du Royaume-Uni.

Elle a d’ailleurs lancé un site pour permettre aux pubs et brasseurs de vendre leur production en ligne, sur lequel environ 2 000 personnes ont répondu présent. Son directeur général, Tom Steiner, redoute néanmoins des dégâts considérables une fois le confinement levé avec des faillites en série.

"Plus cela dure, plus c’est difficile. Le pire que nous pourrions voir c’est la fermeture de centaines de brasseurs et de milliers de pubs", dit-il. Les conséquences iront bien au-delà de pertes financières, tant les pubs s’inscrivent au cœur de la société britannique.

Publicité

"Ils sont des lieux de socialisation. Ils apportent beaucoup de bonnes choses. Ils aident à combattre la solitude et l’isolement", rappelle M. Steiner. C’est particulièrement vrai pour les personnes vulnérables, comme les plus âgés, que le gouvernement a appelées à une stricte quarantaine.

Pour M. Keenan, son service de livraison de Guinness est un premier pas, qui peut "diffuser un peu de joie" en ces temps incertains. "Il y a beaucoup de gens qui en achètent pour leur père âgé qui ne peut pas sortir et dont la vie sociale était avant d’aller prendre sa pinte une fois par semaine", raconte-t-il.

Ses clients sont heureux de pouvoir renouer, même un instant, avec un semblant de vie normale. "Ce sont des choses comme ça qui vous manquent", dit David Ferguson, 43 ans, qui travaille dans la finance, en prenant livraison de trois pintes dans son jardin. "C’est vraiment le goût", lance-t-il, après avoir pris une bonne gorgée."Ça vous réconforte, je pense que c’est bon pour le moral", ajoute-t-il.

Publicité

Konbini food avec AFP

Par Konbini Food, publié le 30/04/2020