AccueilAdresse

Ces hôtels chics proposent le gîte et le couvert à petit prix pendant le couvre-feu

Publié le

par Robin Panfili

Si vous dormez sur place, il est même possible de rester attablé au-delà 21 heures.

À Paris et en Île-de-France, les rues sont étrangement calmes depuis quelques jours. Depuis l'annonce du couvre-feu, tout le monde est amené à rentrer chez soi, quitte à expédier son repas au restaurant afin d'éviter de se faire attraper. Si des chefs et restaurateurs ont soumis au gouvernement l'idée d'une "dérogation" permettant aux clients de pouvoir rester à table au-delà de 21 heures, le temps de finir leur repas, d'autres semblent avoir trouvé la parade. 

Plusieurs hôtels parisiens ont dévoilé une formule "Qui dîne dort". Une référence à l'expression "Qui dort dîne" et à une coutume hôtelière héritée du XVIIIe siècle imposant aux voyageurs souhaitant passer une nuit dans une auberge de se restaurer sur place, afin de rentabiliser leur passage. Ici, c'est l'inverse : ceux qui souhaitent dîner et s'attarder à table devront, en échange, accepter de passer la nuit dans les chambrées de l'hôtel. 

© Hôtel Panache

À Paris donc, il vous sera possible de profiter de la soirée à table dans plusieurs établissements, à condition de filer dans votre chambre et de ne pas ressortir de l'établissement une fois la nuit – et le couvre-feu – tombée. À l'hôtel Panache, par exemple, le service du jeune chef Hugo Lafaurie débutera à 18 heures, et ceux qui auront réservé une chambre auront le droit de rester au-delà de 20 heures 30 pour finir leur repas tranquillement et pourquoi pas se commander un dernier verre. Le tout pour un prix assez intéressant (110 euros la chambre simple + dîner et 140 la chambre double + dîner). 

Du côté de Pigalle, le flambant neuf hôtel Rochechouart – on vous en (re)parle très bientôt – a lui aussi pensé une formule similaire permettant aux Parisiens, et à tous les autres, de prolonger leur soirée. Avec une option à 60 euros, il est désormais possible de réserver une chambre en complément de son dîner et de s'affranchir ainsi de la limite du couvre-feu. À vous le digeo, le café de fin de repas et un dernier verre pour refaire le monde.

Hôtel Panache – 1, rue Geoffroy-Marie (9e)
Hôtel Rochechouart – 55, boulevard de Rochechouart (9e) 

À voir aussi sur food :