© Nielsen

Cuisses de grenouilles ou saumon fumé ? A chaque région ses traditions de Noël

L'institut Nielsen a cartographié vos habitudes alimentaires du réveillon et ça va vous surprendre.

À votre retour de vacances, vous serez peut-être surpris d’apprendre que votre collègue de boulot a partagé le réveillon autour de cuisses de grenouilles plutôt que de foie gras ou de caviar. Et c’est normal. Pour célébrer la fin d’année, chaque région a ses plats, entrées et friandises de prédilection.

Pour mieux s’en rendre compte et cartographier ces préférences locales et régionales, l’institut de sondage et d’enquête statistique Nielsen a étudié toutes ces habitudes et ces comportements alimentaires. Et, vous allez voir, c’est sacrément instructif.

Publicité

Foie gras ou saumon fumé ? 

© Nielsen

Si la carte laisse penser que l’on ne mange pas de foie gras dans le Sud-Ouest au moment des fêtes, c’est essentiellement parce qu’elle s’appuie sur les données des supermarchés. Et pour cause, dans cette région grande productrice de ce produit, les consommateurs font davantage appel aux circuits courts qu’aux grandes surfaces pour se fournir. 

"Département par département, ce sont toujours les foies gras ou les saumons fumés qui sont en tête des ventes pour les entrées de fin d’année. Le foie gras est toujours numéro un… sauf dans le Sud-Ouest", dit l’étude.

Publicité

Caviar, escargots ou saucisson en entrée ? 

© Nielsen

Les réveillons de Noël ramènent sur le devant de la scène chaque année le même débat : quelle entrée pour débuter les festivités. L’étude montre une surconsommation du caviar sur la Côte d'Azur, en Île-de-France, mais également en Aquitaine, une région productrice. Quant au reste de la France, elle se sépare assez nettement entre fruits de mer au sud et escargots ou grenouilles au nord.

"Si les escargots et grenouilles ressortent dans un large Nord-Est de la France, la Bretagne privilégie sa filière porcine et le saucisson sec, quand le sud de la France privilégie les fruits de mer surgelés. Le caviar apparaît lui surconsommé dans quelques rares départements : d’abord à proximité d’un lieu de production (Aquitaine), mais aussi en Île-de-France et sur la Côte d’Azur."

Publicité

Champagne ou crémant ? 

© Nielsen

On boit quoi à table ? Ici encore, la France est assez clairement partagée en deux (voire trois) dans ses pratiques. En Île-de-France, en Champagne et dans le Sud, place au champagne, plutôt qu’aux autres vins pétillants dans le reste de l’Hexagone (prosecco, crémant, clairette…). 

Chocolats, pralines ou papillotes ?

© Nielsen

Publicité

C’est probablement la partie du repas qui résiste le moins aux régionalismes et autres fractures culinaires territoriales. L’étude montre ici une France éclatée entre assortiments de chocolats, papillotes, pralines, et marrons glacés – majoritairement cantonnés au sud-est et à l’Île-de-France tout de même. 

"L’analyse des chocolats et autres sucreries confirme de manière peut-être moins intuitive les aspérités géographiques de la consommation. On retrouve ainsi des marrons glacés surconsommés dans le Sud-Est."

Par Robin Panfili, publié le 24/12/2019