AccueilNews

En Chine, il est désormais illégal de commander "trop" de nourriture au restaurant

Publié le

par Julie Morvan

© Karrie Zhu/Pixabay

Avoir les yeux plus gros que le ventre et s’exhiber en train de manger à outrance sur le Web est désormais passible d’une amende.

"Gardez de la place pour le dessert !", vous avait-on averti alors que vous hésitiez à vous resservir au resto. Évidemment, vous n’aviez écouté que votre envie et l’aviez ensuite sévèrement regretté : ce délicieux petit fondant au chocolat était passé à la trappe. En Chine, on tente justement d’éviter ce genre de situation avec une nouvelle loi, adoptée le 29 avril dernier.

La "loi antigaspillage alimentaire" vise en effet à limiter la consommation de nourriture dans les établissements publics. Comme le précise l'édition américaine de Vice, elle fait partie d’une vaste campagne antigaspillage alimentaire lancée depuis l’année dernière par Xi Jinping. Les restaurants qui laisseront leurs clients commander trop de plats, risquant de ne pas les finir, seront punis d’une amende allant de 130 à 1 300 euros – soit de 1 000 à 10 000 yuans, selon le texte de loi officiel.

35 millions de tonnes d’aliments gaspillées

Les autorités locales chinoises ont donc mis au point plusieurs mesures (discutables) pour appliquer les ordres du président. Des groupes industriels ont par exemple commencé à faire la promotion d’un repas "N-1". Rien à voir avec une complexe hiérarchie bureaucratique, il s’agit de commander un nombre de plats inférieur au nombre d’invités. Pire, certains restaurants ont carrément installé une balance à l’entrée et pèsent leurs clients pour leur recommander la quantité de nourriture à commander en fonction de leur poids…

Ainsi, une boulangerie de Nanjing, qui jetait des pâtisseries encore tout à fait comestibles, a été récemment sanctionnée. Le propriétaire a promis qu’il ferait désormais don des aliments qu’il n’arrivait pas à vendre ou en ferait cadeau à ses clients pour chaque achat. Si elle interdit aux restaurants, buffets à volonté, cantines scolaires, supermarchés et autres centres commerciaux de vendre un surplus de nourriture, cette loi sanctionne aussi sévèrement les mukbangs, ces vidéos de binge eating.

Le phénomène fait fureur, surtout en Corée, avec des vidéo visionnées des millions de fois. Il est évident qu’il participe à une culture de la surconsommation et encourage le gâchis alimentaire. La loi avertit donc que les chaînes de télévision et les médias en ligne seront punis de 1 300 à 13 000 euros d’amende s’ils réalisent ou diffusent de tels contenus. Sur Douyin, l’équivalent de TikTok en Chine, ils ont d’ores et déjà été censurés.

Chaque année, 35 millions de tonnes d’aliments sont gaspillées en Chine. Reste donc à savoir si cette loi servira effectivement à limiter la quantité de nourriture gâchée, sans pour autant empiéter sur les libertés individuelles des habitants à coups de censure et autres techniques de body shaming.

À voir aussi sur food :