AccueilNews

Hélène Darroze décroche sa troisième étoile… en Angleterre

Publié le

par Robin Panfili

© PATRICK KOVARIK/AFP

Et si 2021 était "l’année Darroze" ?

Est-ce que 2021 sera l’année d’Hélène Darroze ? Après une deuxième étoile décrochée pour sa table parisienne, Marsan, la cheffe française et jurée pour l’émission Top Chef vient tout juste de décrocher, en Angleterre, sa troisième étoile. Cette fois, c’est The Connaught, son restaurant installé à Londres, qui a été auréolé. 

Rénovée en 2019, la table désormais triplement étoilée offre un cadre unique pour goûter à la cuisine de la cheffe. Sous un tableau de Damien Hirst, les équipes d’Hélène Darroze, et la cheffe en personne lorsqu’elle s’y trouve, y déroulent ses classiques depuis 2008, dans le quartier de Mayfair. Après avoir rapidement décroché une première étoile, elle avait obtenu la deuxième en 2011.

Dans une interview, en 2016, la cheffe disait n’avoir jamais eu à "adapter" sa cuisine aux goûts des Anglais – même si elle y propose quelques plats hybrides, comme son bœuf Wellington de pigeon au foie gras. "C‘était d’ailleurs la condition pour que je vienne au Connaught. Au quotidien, mes cuisines sont conçues pour fonctionner comme si je ne m’y trouvais pas. Mais je reste l’inspiratrice. Vous pouvez commander mes 'noix de saint-jacques rôties aux épices tandoori' et mon 'suprême de pigeonneau flambé au capucin'."

À The Connaught, Hélène Darroze travaille en binôme avec son chef exécutif, Marco Zampese. Mais lors de la remise de la troisième étoile, Gwendal Poullennec, directeur international du guide Michelin, a insisté sur le fait que c’est bel et bien la cuisine de la cheffe qui était ici récompensée. "C’est une cuisine qui ose, mais dont le résultat est toujours parfaitement abouti. Il ne s’agit pas d’une licence Hélène Darroze. Elle est vraiment là, et ça se sent."

Outre Hélène Darroze, une autre cheffe vient de décrocher la troisième étoile : Clare Smyth, pour son restaurant Core. Deux femmes triplement étoilées lors d’un même cru ? Une première dans l’histoire du Michelin, rapporte Le Monde. En effet, jusqu’ici, parmi les 130 chefs à disposer de cette distinction ultime du Guide rouge, on ne comptait alors que cinq femmes : Anne-Sophie Pic (à Valence), Elena Arzak (à Saint-Sébastien), Annie Féolde (à Florence), Nadia Santini (en Lombardie) et Dominique Crenn (à San Francisco).

À voir aussi sur food :