© Getty Images

Le coronavirus nous privera-t-il de bulles dans nos boissons préférées ?

Si cela arrive, la bière du déconfinement n'aura pas la même saveur.

Une conséquence de plus du coronavirus sur l’univers de la nourriture ? Mashable rapporte que l’avenir des boissons pétillantes pourrait bien être compromis. En effet, les bulles dans les breuvages gazeux sont produites avec du dioxyde de carbone et il est possible que ce dernier vienne à manquer. Une situation due à un enchaînement de facteurs.

Premièrement, comme la plupart des Américains sont confinés en ce moment, la demande en essence a fortement chuté aux États-Unis et l’industrie du gaz a donc été contrainte de baisser sa production. Or, ces producteurs de gaz sont également responsables de la production d’éthanol et cette dernière a donc aussi grandement diminué. Comme le CO2 est un sous-produit de la production d’éthanol, lorsqu’il y a moins d’éthanol produit, il y a forcément moins de CO2.

Publicité

Les brasseries et autres producteurs de boissons gazeuses seraient donc obligés de payer plus cher le dioxyde de carbone disponible. Des coûts supplémentaires difficiles à supporter pour les petites entreprises, qui pourraient donc être menacées.

Il existe bien des alternatives, notamment connues des brasseurs, pour rendre la boisson gazeuse. Cependant, ces vieilles recettes sont beaucoup plus chronophages que celles à partir de dioxyde de carbone. L’avenir est donc incertain quant à la production de bière et de soda et il est légitime de s’inquiéter. Car, après tout, comment s’imaginer le déconfinement sans une bonne bière fraîche ?

Par Hong-Kyung Kang, publié le 30/04/2020