AccueilNews

Le plus vieux fast-food du monde a été découvert à Pompéi (et il a 2 000 ans)

Publié le

par Robin Panfili

© Parco Archeologico di Pompeii

Même après des siècles sous la lave, ces échoppes sont encore en très bon état.

Oubliez les bornes de commande automatisées, les frites, burgers et autres variantes de tacos. Le plus vieux fast-food du monde a été découvert et ne servait rien de tout ça. Et pour cause, celui-ci remonte à deux millénaires. L’ouvrage a été découvert à Pompéi, une cité recouverte par les cendres d’une éruption du Vésuve, il y a presque 2 000 ans, située près de Naples (Italie).

© Parco Archeologico di Pompei

À Pompéi, les fouilles et recherches archéologiques sont légion depuis des centaines d’années et permettent, encore aujourd’hui, de découvrir de nouveaux trésors ayant pu être conservés grâce à l’ensevelissement de la cité. Celles-ci ont ainsi permis de retrouver plusieurs thermopolium quasi intacts – un terme antique désignant un point de vente de nourriture.

© Parco Archeologico di Pompei

© Parco Archeologico di Pompei

Take-away antique

À l’époque, ce genre d’échoppes étaient destinées aux populations les plus pauvres de la cité, qui ne pouvaient pas manger chez elles régulièrement, faute de denrées ou d’ustensiles pour cuisiner. On venait alors s’y approvisionner en lentilles, en viande, en pain, en poisson salé, en fromage et en vin chaud épicé. Si des tables sont bien présentes dans le thermopolium pour déguster les préparations, la plupart des habitants de la ville préféraient emporter ces mets à la maison, pour les déguster en famille.

"Même si des structures comme [ce thermopolium] sont bien connues à Pompéi, confie Alfonsina Russo, directrice intérimaire du parc, découvrir plus de structures, avec des objets qui allaient de pair avec le commerce et donc la vie quotidienne, continue de transmettre des émotions intenses qui nous transportent au moment tragique de l’éruption."

Si les recherches ont permis de découvrir douze thermopolium qui viennent de sortir de l’oubli, les experts estiment que la ville aurait pu en compter jusqu’à cent. Aujourd’hui restaurés, ils sont l’occasion d’offrir au grand public "des aperçus uniques sur la civilisation romaine".

© Parco Archeologico di Pompei

À voir aussi sur food :