AccueilNews

Le saviez-vous : ces églises des Philippines sont fabriquées en… œuf

Publié le

par Nina Iseni

La nourriture, c’est sacré (littéralement).

Le saviez-vous : ces églises des Philippines sont fabriquées en… œuf

© Getty Images

Après les églises du Brésil construites à partir de vin (oui, oui), voici les églises en blancs d’œuf des Philippines. À l’instar de la Holy Rosary Church à Angeles City, ce sont des dizaines et des dizaines de bâtiments qui ont usé de cet aliment pour leur construction. Cette pratique architecturale a par ailleurs eu une grande influence sur la cuisine et la pâtisserie locale. Explications.

Quand le blanc d’œuf devient ciment

Avant le cours de chimie et le cours de cuisine, un petit cours d’histoire. Pendant la période d’occupation coloniale par les Espagnols qui s’est étendue de 1521 à 1898, de nombreuses églises furent construites sur l’archipel par différents ordres religieux. Tandis que les locaux eurent besoin de matériau pour construire ces monuments, ils se tournèrent vers les blancs d’œuf. Ces derniers étaient utilisés comme une sorte d’émulsifiant dans le ciment.

Ce mélange du nom de argamasa était utilisé pour "lier et protéger les matériaux exploités pour construire les bâtiments. Les blancs d’œuf avaient pour but de rendre le tout plus durable et des documents historiques attestent d’une pratique largement répandue", rapporte le site Atlas Obscura.

Et les jaunes d’œuf ?

Selon Pia Lim-Castillo, historienne spécialisée dans la cuisine des Philippines, "Si on prend en compte toutes les églises qui ont été construites pendant la période coloniale, le nombre d’œufs utilisés s’étend à plusieurs millions." Du coup, que faire des millions de jaunes d’œuf restants ?

C’est ici qu’on observe les répercussions de cette pratique sur la cuisine et la pâtisserie locale. Les restes de l’aliment étaient donc utilisés pour faire des desserts, à l’image des biscuits San Nicolas, de petits gâteaux religieux à l’effigie du saint, cuisinés à l’époque pas des nonnes. Le leche flan, une sorte de crème caramel, était également un autre exemple de cette pratique. Aujourd’hui, ces desserts sont encore grandement populaires aux Philippines et l’historienne les décrit comme des aliments réconfortants pour bon nombre de Philippins.

À voir aussi sur food :