(© Nasa)

Les salades de l'espace sont tout aussi délicieuses que sur Terre

Des salades ou même des cookies, la Station spatiale internationale a tout d'une cuisine géante en orbite.

On s’est tous déjà demandé à quoi ressemble le quotidien des astronautes. Pour ce qui est de leur ordinaire culinaire, il est apparemment composé de salades, cultivées dans l’ISS (la Station spatiale internationale). Si on ne peut que spéculer sur leur goût, Siècle Digital relaie que ces légumes de l’espace ont les mêmes propriétés nutritionnelles que ceux qui poussent sur Terre.

Un véritable potager en orbite autour de la Terre

Une étude publiée par les chercheurs de Frontiers in Plant Science confirme la bonne qualité de ces salades extraterrestres. En 2014, l’ISS s’est en effet dotée du "système Veggie", une installation dédiée à la culture de légumes. Ce potager spatial est muni de diodes électroluminescentes et d’un système complexe d’arrosage. Un véritable potager artificiel, qui permet aux astronautes de produire leurs propres salades.

Publicité

Les salades ainsi cultivées ont été congelées et envoyées sur Terre, afin d’être examinées en laboratoire. Les résultats ont montré que les plantes pouvaient même être plus riches en potassium, en soufre et en zinc.

Ce n’est pas la première expérience culinaire menée à bord de l’ISS : les astronautes avaient déjà réussi à cuisiner des cookies. Un accomplissement, qui, s’il peut sembler anodin, relève d’un petit exploit : les conditions de cuisson n’étant pas les mêmes sur Terre que dans l’espace, les scientifiques ont dû utiliser un four spécialement conçu pour un milieu sans gravité.

Quoi qu’il en soit, la nourriture ne semble décidément pas être la dernière préoccupation des passagers de l’ISS. On pense notamment à l’astronaute Samantha Cristoforetti, qui s’était même filmée en train de cuisiner à bord de la station spatiale, afin de montrer le quotidien des astronautes. Même à des milliers de kilomètres, là-haut, manger reste une question primordiale. 

Publicité

Par Hong-Kyung Kang, publié le 03/04/2020