AccueilNews

Les jouets en plastique chez McDonald’s, c’est terminé

Publié le

par Axel Savoye

© McDonald’s

Ils seront remplacés par des livres de coloriage, des figurines en carton et des cartes à collectionner.

Régulièrement accusé d’être l’un des plus grands pollueurs en plastique au monde par les associations de défense de l’environnement, McDonald’s a récemment adopté un virage écoresponsable afin de réduire sa production de déchets. Hier encore, le PDG de McDonald’s France, Nawfal Trabelsi, a annoncé retirer les jouets en plastique des menus pour enfants, décision qui a pris effet ce mercredi révèle Le Parisien. Adieu donc figurines Disney, Pokémon et Mario en pétrole polymérisé ; place aux divertissements en carton et papier entièrement recyclables.

"J’ai pris la décision de retirer le plastique partout où cela est possible, et nous avons beaucoup investi pour innover avec des réponses pertinentes pour nos clients et pour l’environnement", a déclaré Nawfal Trabelsi.

Un changement de comportement qui avait déjà été adopté par les McDo de Royaume-Uni et d’Irlande l’année dernière, suite à une pétition de deux fillettes ayant récolté plus de 500 000 signatures. Ella et Caitlin McEwan souhaitaient que "Burger King et McDonald’s pensent à l’environnement et cessent de mettre des jouets en plastique dans les repas des enfants". En France, la décision a été prise en prévision de la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire qui entrera en vigueur le 1er janvier 2022. Cette loi prévoit notamment l’interdiction de ces jouets en plastique et de tendre vers l’objectif de 100 % de plastique recyclé d’ici 2025.

Loin de prétendre être l’entreprise la plus écolo au monde, le géant du fast-food montre tout de même sa volonté d’être un exemple en matière de transition environnementale. L’entreprise avait déjà montré la voie en supprimant ses pailles en plastique en 2019, avant leur interdiction officielle début 2021. D’autres engagements ont été pris précédemment, comme l’utilisation de lait bio dans les milk-shakes et d’huile de frite usagée en guise de carburant pour les flottes de livraison. Mais cela ne suffit toujours pas selon l’association Zero Waste France, qui dénonce dans Le Parisien l’absence de remise en question du "principe du jouet bas de gamme à usage unique qui pousse à la surconsommation et à la production de déchets".

À voir aussi sur food :