© Getty Images

Pour la seiche, s'il y a des crevettes au diner, c'est régime au déjeuner

Des scientifiques ont montré que la bête sait adapter son régime en fonction du menu.

Comme le poulpe, la pieuvre et le calamar, la seiche déborde de qualités : la mémoire d’un éléphant, la maîtrise du camouflage du caméléon, la détermination d’une lionne… On sait désormais qu’elle est aussi maligne comme un singe et gourmande comme un cochon. Oui, la seiche sait ce qu’elle mange (et ce qu’elle aime) et peut anticiper ses repas en fonction de ce qu’on lui sert dans l’assiette, rapporte Le Monde.

Telle est la découverte de deux chercheuses des universités de Caen et de Cambridge, publiée en février dans la revue Biology Letters. Dans l’océan, le céphalopode n’est pas difficile et se nourrit de crustacés, de gastéropodes, de poissons… Bref, il prend ce qu'il y a à la cantine, mais si on lui donnait le choix, comme l’ont fait les scientifiques, il ne se nourrirait sans doute que de crevettes.

Publicité

La crevette, le péché mignon

La seiche en raffole et si elle est assurée que le petit crustacé sera servi le soir, elle régule son alimentation au long de la journée et se détourne de ses autres proies pour garder de la place. Pour parvenir à ces conclusions, les chercheuses ont fait deux groupes de seiches. Le midi : crabe pour tout le monde ! Le soir en revanche : le groupe 1 avait droit aux crevettes, le groupe 2 se contentait d’un régime aléatoire, avec tantôt des crevettes, tantôt du crabe.

En quelques jours, les seiches du groupe 1 ont tout simplement réduit leur consommation de crabe, alors que celles du groupe 2 continuaient de s’empiffrer à midi. La seiche sait donc anticiper l’avenir, adapter son régime alimentaire à ses goûts et composer ses menus. Pas bête, la seiche.

Par Konbini Food, publié le 20/02/2020