AccueilNews

Transformer des bouteilles en plastique en arôme de vanille, c’est désormais possible

Publié le

par Paul Gombert

© Getty Images

Une découverte prometteuse.

Dans une étude publiée par le journal Green Chemistry, des scientifiques ont annoncé avoir réussi à créer de la vanilline (l’arôme de la vanille) à partir de bouteilles en plastique, grâce à l’utilisation de bactéries génétiquement modifiées. The Guardian explique que, par le passé, des chercheurs avaient déjà développé des enzymes leur permettant de décomposer le polytéréphtalate d’éthylène (PET), utilisé sous forme d’acide téréphtalique dans nos bouteilles. Cette fois-ci, l’équipe de scientifiques est allée encore plus loin et a eu recours à des microbes pour transformer cet acide en arôme.

Pour ce faire, des bactéries Escherichia coli modifiées ont été utilisées pour changer le polytéréphtalate d’éthylène en vanilline. Ce bouillon microbien a été chauffé à 37 °C une journée entière, comme c’est habituellement le cas pour brasser la bière.

"Notre travail remet en cause la perception que le plastique est un déchet problématique et démontre plutôt son utilisation en tant que nouvelle ressource carbonique à partir de laquelle des produits de grande valeur peuvent être fabriqués", explique Stephen Wallace, qui a mené cette étude au sein de l’université d’Édimbourg. Sa collègue, Joanna Sadler, affirme d’ailleurs que leur travail "est le premier exemple d’utilisation d’un système biologique pour recycler des déchets plastiques en un produit chimique industriel de valeur, avec des conséquences très intéressantes pour l’économie circulaire".

Cette découverte est donc une belle avancée scientifique et un possible apport futur pour l’écologie. Et pour cause, 85 % de la vanilline produite actuellement est synthétisée à partir de produits chimiques dérivés de combustibles fossiles (comme le pétrole). Très prisé, ce composant aromatique a vu sa demande mondiale augmenter en flèche, s’élevant à 37 000 tonnes en 2018. Grâce à cette étude, le recyclage des bouteilles en plastique en matériaux plus rentables pourrait devenir une alternative de plus en plus privilégiée par les industries alimentaires et cosmétiques.

Les scientifiques souhaitent continuer à peaufiner leur travail sur ces bactéries pour augmenter davantage le taux de conversion en vanilline. Ils songent d’ores et déjà à étendre ce processus de transformation à de plus grandes quantités de plastique. "On pense pouvoir faire cela assez rapidement", annonce Stephen Wallace. Une ambition qu’on ne peut que saluer.

À voir aussi sur food :