© Getty Images

Un questionnaire anonyme pour (enfin) briser l'omerta sur les violences en cuisine

"Le rayonnement de la France à l'international semble primer sur le bien-être de milliers d'hommes et de femmes."

"La loi du silence règne dans la gastronomie française, où les violences – verbales, physiques, sexuelles – sont moins l’exception que la norme." Voilà le constat que dressent Camille Aumont Carnel, ancienne élève de Ferrandi et créatrice des comptes Instagram "Je dis non chef!" et "Je m’en bats le clito", et Nora Bouazzouni, journaliste indépendante, autrice de l’essai Faiminisme, quand le sexisme passe à table, qui viennent de lancer un questionnaire anonyme en ligne destiné à ouvrir la parole et attirer l’attention sur ces violences séculaires. Elles expliquent : 

"Craignant de n’être pas pris·es au sérieux, sanctionné·e·s, voire blacklisté·e·s, victimes et témoins n’osent pas dénoncer publiquement ni porter plainte contre des bourreaux soutenus par leurs pairs, portés aux nues par les médias ou encensés par les guides gastronomiques. Pourtant, bien souvent, ces derniers savent et protègent. Le rayonnement de la France à l’international semble primer sur le bien-être de milliers d’hommes et de femmes."

Publicité

Après leur collecte et leur analyse, les résultats seront rendus publics afin de mesurer l’ampleur de ce phénomène qui "gangrène le milieu de la restauration".

Pour participer au questionnaire, c’est par ici.

Par Robin Panfili, publié le 01/04/2020