AccueilRencontre

Le meilleur salon de vins italiens est à Paris (et on vous en raconte les coulisses)

Publié le

par Robin Panfili

Le Vini di Vignaioli est enfin de retour dans la capitale, alors on est allés discuter avec ses créateurs.

Le meilleur salon de vins italiens est à Paris (et on vous en raconte les coulisses)

© Getty Images

C’est l’un des salons les plus pointus de la capitale, mais peut-être aussi l’un des plus confidentiels. Le Vini di Vignaioli, organisé à Paris depuis quelques années, est l’un des plus beaux repaires à vignerons naturels italiens de la capitale. Une rencontre annuelle d’une centaine de producteurs venus des quatre coins de la Grande Botte, dont les créateurs Marie-Christine Marzani, Claudia Galterio et Alberto Busto ont accepté de nous raconter l’histoire et les coulisses.

Konbini food | Pour commencer, qui êtes-vous ?

Claudia Galtiero | Alors, nous sommes deux Italiens, Alberto Busto et moi, qui vivons à Paris et Marie-Christine, une Parisienne qui vit en Italie. La passion du vin et l’amour pour ces deux nations nous ont inspirés et rassemblés dans la création de ce salon entièrement italien au cœur de Paris. Le prochain aura lieu les 5 et 6 décembre prochains.

Comment est né ce drôle de projet ?

Claudia Galtiero | La première édition de Vini di Vignaioli a été pensée par Marie-Christine Marzani, ancienne restauratrice parisienne, et son mari Rino. Un jour, elle a décidé d’organiser en Italie un salon avec une atmosphère française car, à l’époque, il était bien difficile de trouver des vins nature pour la restauration. Vini di Vignaioli est donc né à Fornovo di Taro, à côté de Parme, en 2002, avec la participation de douze vignerons français et quatre vignerons italiens.

Avec le temps, le salon a pris de l’ampleur…

Claudia Galtiero | En 2016, la manifestation a réuni 170 vignerons. En 2019, il y avait 194 vignerons, et les demandes de participation sont toujours plus nombreuses. Vini di Vignaioli, avec un fonctionnement à taille humaine, est devenu l’un des principaux salons de vignerons-artisans en Italie. En 2021, après une année d’abstinence, le salon a réuni un public en attente de nouveaux jeunes vignerons et de belles découvertes.

Pourquoi l’avoir décliné à Paris ensuite ?

Claudia Galtiero | Le salon est arrivé à Paris pour la première fois en 2016, avec un succès auquel on ne s’attendait pas vraiment. L’exploit de faire venir soixante vignerons italiens dans une ville où le vin ne manque pas est l’une de nos plus grandes satisfactions.

"L’Italie et la France sont extrêmement liées, ce sont des cousines, et les vignerons se rendent de plus en plus visite"

C’était l’occasion de faire un lien entre deux cultures communes autour du vin ?

Claudia Galtiero | L’Italie et la France sont extrêmement liées, ce sont des cousines, et les vignerons se rendent de plus en plus visite. On observe maintenant, dans tous les salons, la présence de vignerons qui viennent de toute l’Europe. Le salon à Paris est la preuve que tous les vignerons défendent les mêmes valeurs. C’est une adresse ouverte à un public parisien élargi, et à des curieux qui viennent de toute la France : Bordeaux, Marseille, Lyon, Lille… mais aussi Bruxelles et plus loin. Un public qui est très curieux de découvrir des femmes et des hommes qui racontent leurs vins et leur terroir.

Comment sélectionnez-vous les vignerons invités ?

Claudia Galtiero | Les vignerons sont invités sur des critères bien précis, que l’on trouve sur la charte de Vini di Vignaioli. La vendange doit être manuelle, la vinification doit être uniquement réalisée avec des levures indigènes… Il ne doit y avoir aucune modification à l’état du raisin, aucun recours à des techniques physiques brutales et traumatisantes (osmose inverse, filtration tangentielle, pasteurisation rapide, thermovinification…). Aucun facteur de production ne peut être ajouté, la seule exception étant le SO2. Le vin naturel ne doit contenir qu’une quantité minimale de sulfites ajoutés, ou zéro sulfite. Cet engagement requiert de la part du vigneron un maximum d’honnêteté et de transparence.

"Que ce soit en France ou en Italie, le travail est le même. Ce n’est pas le pays qui change le vin, c’est le terroir, les sols, la géologie, le raisin et l’histoire"

Il y a une différence entre la culture du vin nature en Italie et en France ?

Claudia Galtiero | Que ce soit en France ou en Italie, ou d’autres pays, le travail est le même. Ce n’est pas le pays qui change le vin, c’est le terroir, ce sont les sols, la géologie, le raisin et l’histoire.

Comment le vin nature est-il vu en Italie ? Est-ce que, comme en France, les mentalités évoluent ?

Claudia Galtiero | Si vous êtes à Milan, à Rome, ou à Parme, vous trouverez des œnothèques, des bars à vins où boire des vins nature sans problème, comme à Paris, à Lyon ou à Lille. Mais si vous êtes à Bardi, au cœur des Apennins, il est plus difficile de trouver des vins nature comme au cœur de l’Auvergne ou au fin fond de la Normandie – sauf chez l’habitant, si vous avez des bons amis qui suivent vos conseils.

Question difficile : c’est dans quelle région qu’on boit le meilleur vin nature ?

Claudia Galtiero | Les vins nature se développent dans toutes les régions d’Italie, bien évidemment et fort heureusement, et chaque région a ses spécificités. Chacun de nous trois a des goûts différents. Pour moi, ce sont les vins des Abruzzes par excellence. J’aime les vins blancs sincères, élégants, profonds, directs et tranchants. Un vieux millésime de Trebbiano, par exemple. Valentini ? Oh oui, mais aussi l’élégance, la sinuosité et la complexité d’un Schioppettino Friulano.

Marie-Christine Marzani | J’aime les rouges à bulles de l’Émilie-Romagne, qui existaient avant ce qu’on appelle les pet' nat' en France, mais j’aime aussi des blancs des Marches avec un cépage comme le Pecorino.

Alberto Busto | Il y a des pépites cachées un peu partout en Italie, mais si je devais choisir par goûts personnels, je choisirais la Vénétie. Une région très active du point de vue viticole, où tradition et modernité semblent avoir trouvé un sain équilibre. Sans oublier le Frioul, où l’on peut boire des vins de macération poétiques, émouvants.

Avez-vous quelques astuces pour faire de bonnes affaires lors du salon ?

Claudia Galtiero | Que votre palais accepte les différences, c’est le succès des découvertes… Goûtez, goûtez, goûtez, et surtout sans retenue.

Vini di Vignaioli
Espace Paradis (7, rue du Paradis – Paris 10)
Prix d’entrée : 15 euros (réservations ici).

Les 5 et 6 décembre 2021, de 11 heures à 19 heures (dimanche) et de 10 heures à 18 heures (lundi).

À voir aussi sur food :