AccueilStory

19 choses que vous ne savez (probablement) pas sur cette saison de Top Chef

Publié le

par Robin Panfili

Anecdotes de candidats, recalage au casting, plats non réchauffés avant dégustation ou faux hangar de tournage : on vous dit tout.

La fin de la onzième saison de Top Chef approche et, avec elle, une forme de mélancolie. Pour surpasser l’idée qu’il faudra attendre plusieurs longs mois avant de retrouver l’émission sur nos écrans, voici une belle brochette d’anecdotes et de secrets de production sur les coulisses de l’émission.

– Mallory Gabsi a refusé deux fois de participer à Top Chef, dont une fois en 2018 à cause de… Philippe Etchebest. "Philippe Etchebest, il secoue les candidats. J’en aurais bien eu besoin, mais je n’étais pas prêt. Il fait moins peur en vrai. Il a son caractère, mais au fond, c’est une crème. Il est très gentil, très humain, toujours prêt à aider les jeunes", confiait-il au Parisien.

— Tout au long de l’émission, les candidats sont suivis par un journaliste et un cameraman attitré auxquels ils expliquent tout ce qu’ils font lors de chaque épreuve. Les candidats sont même testés sur leur faculté à parler tout en cuisinant lors du casting.

– Avant de participer à Top Chef, Adrien Cachot avait déjà commencé à accumuler les louanges et les distinctions : troisième de la sélection française du concours S.Pellegrino Young Chef (2015), trophée "Tremplin" du magazine Le Chef (2017), "Jeune talent" du Gault et Millau (2019).

— Une épreuve de deux heures de Top Chef nécessite quatorze caméras et livre près de vingt heures de rush. Une saison complète contient près de 1 000 heures de tournage à traiter et à monter.

— Lors du tournage de la "Guerre des restos", Mory Sacko s’est rendu compte qu’il n’avait pas acheté assez de plantes pour décorer son restaurant. Le jour de la dégustation par le jury, il est alors parti en forêt en bordure de Paris, avec un cadreur et un journaliste, à 7 heures du matin, pour arracher quelques branches supplémentaires (voir notre article sur les coulisses de la "Guerre des restos").

— Le sommeil est crucial dans Top Chef. La plupart des chefs sont ainsi logés dans des appart’hôtels, à proximité du studio de tournage. Les candidats parisiens, eux, peuvent dormir chez eux, mais doivent passer la nuit précédant une épreuve en appart’hôtel. Tous peuvent profiter de leurs week-ends.

— Justine Piluso était cheffe du restaurant Le Cappiello, mais elle l’a fermé et vendu à un grand chef étranger trois mois avant le début de Top Chef, alors qu’il cartonnait. Pourquoi ? "En 2019, tout s’est un peu accéléré. Entre mon mariage en août, l’organisation de ma participation à Top Chef… La dernière chose, c’est qu’un grand chef étranger 3 étoiles est venu manger dans mon restaurant. Il est tombé amoureux du lieu. Il cherchait à s’installer et il nous a fait une proposition."

— Lors de chaque épreuve, les candidats préparent une assiette de plus. Pourquoi ? Pour le "beauty plan", c’est-à-dire le gros plan sur le plat… qui est ensuite placé sur une "tournette". L’assiette n’est jamais retouchée. Les candidats choisissent quelle assiette envoyer pour ce plan, les autres sont dégustées par le jury.

– Mallory Gabsi n’a pas candidaté de son propre chef, mais on l’a fait pour lui. "C’est un collègue pâtissier qui a décroché le téléphone du Sea Grill et qui a transmis son nom à une casteuse de l’émission, juste pour le délire." Ça a marché.

— Les règles sont strictes : les candidats ne peuvent pas amener leur propre matériel lors des épreuves, y compris leur valise de couteaux. Une manière de s’assurer que tous les candidats partent sur un pied d’égalité.

— Adrien Cachot a passé une première fois le casting de Top Chef en 2018, mais a échoué. Rappelé l’année suivante, il traîne des pieds, hésite et accepte finalement de retenter sa chance après une dernière relance de la production de l’émission. "On pense qu’on a loupé le rendez-vous avec toi."

— Les plats des candidats sont dégustés dix minutes après leur dressage, mais ils ne sont jamais réchauffés. Le jury est conscient qu’il dégustera un plat tiède et la température n’est donc jamais prise en compte dans la décision finale.

— Avant de se lancer dans la cuisine, Diego Alary, le plus jeune candidat de la saison, a bien failli devenir footballeur professionnel, avant qu’une blessure ne l’écarte des terrains. Il a joué contre Kylian Mbappé du temps où ce dernier jouait encore à Bondy, en Île-de-France.

— Venue des États-Unis en 2010, où le concept est né en 2006, l’émission Top Chef marche mieux en France que partout ailleurs. D’ailleurs, c’est aussi le seul pays qui a choisi d’instaurer le principe de brigade et le coaching par des chefs-jurés.

— Si Stéphane Rotenberg n’a été vu qu’une fois à l’écran en train de goûter un plat (le pithiviers), il goûte bel et bien tous les plats… pour le plaisir. Il dit même prendre, en moyenne, cinq kilos chaque saison.

— Le tournage de la finale de Top Chef a dû être décalé à cause… d’une gastro d’un des candidats. Cloué au lit, ce dernier a été jugé inapte et a forcé le palace George-V, qui accueille la finale, à chambouler tous ses plans. La tuile.

— Les monteurs de l’émission ont dû redoubler d’inventivité pour deux séquences dans lesquelles les chefs présentés n’avaient pas le même nombre d’étoiles lors du tournage et lors de la diffusion. Christopher Coutanceau et Glenn Viel étaient alors doublement étoilés, mais un plan de dos de Stéphane Rotenberg et une voix off ont permis de changer le "doublement" par "triplement". On n’y a vu que du feu.

— Le plateau de tournage de Top Chef ne se trouve pas derrière les portes du fameux hangar industriel retapé que l’on aperçoit dans l’introduction de l’émission… mais derrière un portail tout à fait banal au Pré-Saint-Gervais, en bordure de Paris.

— David Gallienne avait déjà candidaté pour participer à Top Chef… en 2011 et 2012. Finalement, c’est la production qui le rappellera en 2019. Il est le septième candidat de l’histoire du concours à participer en tant que chef déjà étoilé.

À voir aussi sur food :