© Getty Images

Après l'épidémie, la Chine nous donne un (inquiétant) aperçu de l'avenir des restos

Tablées réduites à trois personnes, livraisons à gogo, paiement via téléphone et fin du service à table : bientôt chez nous ?

À Pékin, après des semaines de quarantaine, la vie revient petit à petit à la normale. Les cinémas rouvrent, les gens marchent dans la rue, les magasins sont désormais autorisés à ouvrir leurs portes… et les restaurants peuvent à nouveau accueillir du monde. Mais, dans les régions de Chine où les restaurants ont été autorisés à rouvrir, la fin du confinement n’est pas encore forcément le signe d’une liberté de mouvement totalement retrouvée.

Dans un long et passionnant article, le magazine Eater revient sur les conséquences dramatiques de l’épidémie du Covid-19 pour les restaurants du pays, mais explique également comment les mesures sanitaires encore en vigueur et les bousculements sociétaux pourraient devenir la norme, dans un avenir proche, en Chine comme partout dans le monde.

Publicité

"Une à trois personnes par table maximum"

Premier changement drastique : le boom de la livraison. Car si les restaurants ont majoritairement rouvert, les clients sont encore très nombreux à opter pour la livraison de plats à domicile. Peut-être par (nouvelle) habitude, peut-être, aussi, par peur de la contamination. Ignace Lecleir, propriétaire du groupe de restauration Beijing’s Temple, affirme ainsi que 70 % de son chiffre d’affaires provient de la livraison et que 30 % de clients viennent se restaurer sur place. Et il ne s’attend pas vraiment à ce que cela change de sitôt.

© Getty Images

Par ailleurs, les restaurants se heurtent désormais aussi à une réduction drastique de leur capacité d’accueil. Et pour cause, le gouvernement chinois a, en ce sens, énoncé des réglementations strictes qui limitent le nombre de personnes pouvant s’asseoir à table ensemble. "On a beaucoup parlé d’une restriction à une personne par table, mais pour le moment, il semblerait que l’on peut aller jusqu’à trois personnes", poursuit-il en dénonçant le flou qui entoure les nouvelles normes et les lacunes dans la communication officielle des autorités chinoises.

Publicité

Méfiance et fin du service à table ?

Parmi les autres bouleversements observés par Eater, il y a la méfiance des clients vis-à-vis des restaurants et du personnel et des employés. Pour éteindre les moindres doutes et suspicions, certains établissements ont ainsi fait le choix d’inclure dans les commandes des affichettes mentionnant les noms des employés qui ont cuisiné leurs plats, ainsi que leurs températures afin de s’assurer qu’ils ne risquent absolument rien.

D’autres ont ajouté directement à leur menu en ligne toutes les mesures d’hygiènes prises et honorées par l’établissement. Des établissements, comme la chaîne de bubble tea Heytea, ont installé des QR codes sur les portes de toutes leurs enseignes, détaillant les règles d’hygiène de la maison et le détail des procédures sanitaires qui leur sont imposées. Enfin, d’autres ont complètement revu leur service à table en optant plutôt pour des rails de livraison ou des commandes à retirer au comptoir.

Mais, au fond, c’est dans le mode de paiement que l’un des plus gros changements est apparu. Le paiement via téléphone, et donc sans contact, est devenu la norme, y compris dans les restaurants traditionnels où l’on s’est longtemps passé des outils numériques. Aujourd’hui, nul ne sait vraiment comment la situation va évoluer en Chine, mais les restaurateurs interviewés par Eater laissent peu de place à l’optimisme. Les choses reviendront peut-être un jour à la normale, mais une chose est sûre, c’est que ce ne sera pas pour tout de suite.

Publicité

Par Robin Panfili, publié le 30/03/2020