© Twitter

Cette soupe de chauve-souris est-elle (vraiment) à l'origine du coronavirus ?

Des internautes ont largement relayé des vidéos et images de ce plat qui, selon eux, pourrait être à l'origine du virus.

Alors que le nombre de morts liées au coronavirus continue de grimper, notamment à Wuhan (Chine), d’où le virus est arrivé, le monde scientifique commence à obtenir des premières réponses quant à sa nature et son origine.

Une étude génétique, publiée dans la revue de l’Académie chinoise des sciences, a émis l’hypothèse que le virus a pu prendre naissance chez la chauve-souris. "Le nouveau virus est très similaire à une souche virale présente chez la chauve-souris. Le volatile serait ainsi 'le réservoir' du virus, mais cela ne signifie pas qu’il l’aurait directement transmis à l’homme", précise l’AFP.

Publicité

Une soupe étrange

Bien que partielle, cette information a suffi à faire vivement réagir les internautes du monde entier, y compris en France. Sur Twitter, Instagram et même Facebook, nombre d’entre eux ont même suggéré un lien entre la propagation du virus chez les hommes et certaines habitudes alimentaires présumées des habitants de la ville de Wuhan impliquant… des chauves-souris servies en soupe. 

Ces vidéos et photos sont, pour la plupart, issues du réseau social chinois Weibo, sur lequel des utilisateurs estiment que la fameuse soupe de chauve-souris pourrait bien être à l’origine de la propagation du virus. Des affirmations qui n’ont pas encore été étayées scientifiquement, mais qui rappellent en de nombreux points l’épidémie du Sras, en 2002, venue de civettes sauvages. 

Publicité

"Difficile néanmoins d’incriminer formellement cette soupe, aussi repoussant ce plat puisse-t-il paraître, puisque rien ne prouve que le mammifère a transmis directement le virus à l’homme", prévient toutefois Le Parisien. D’autant que le plat, présenté sur les réseaux sociaux comme traditionnel et très consommé, en raison de ses prétendues vertus médicinales, ne serait pas si populaire que cela à Wuhan. Sur Twitter, une habitante a vivement réfuté cette légende urbaine.

"Ne postez pas de fake news, dit-elle. Nous, à Wuhan, n’avons jamais entendu parler de cette soupe. Nous sommes tout autant dégoûtés que vous par cette vidéo."

Un autre animal ?

Alors que la piste animale semble aujourd’hui être au cœur des recherches, un autre animal est aussi suspecté. Un article publié dans le Journal of Medical Virology a récemment avancé que le serpent pourrait également avoir servi d’intermédiaire entre le volatile et l’être humain.

Rats, crocodiles, renards et même viande de chameau… Le marché de Huanan, situé en plein cœur de la ville de Wuhan, est aujourd’hui considéré comme le principal épicentre du coronavirus. Un marché où se déroulaient, en toute illégalité, des ventes d’animaux sauvages vivants ou congelés, dont… des chauves-souris.

Par Konbini Food, publié le 24/01/2020