Comment je suis devenu un trader international de navets (sur Animal Crossing)

Et comment vous pouvez me suivre sur cette voie de la richesse brassicacée.

Il y a encore quelques semaines, j’étais comme un François Hollande en pleine campagne présidentielle : mon ennemi c’était la finance. Cette époque appartient désormais au passé, la faute à ce maudit jeu qu’est Animal Crossing New Horizons. Ne vous fiez pas aux racontars de la presse ou des fans : Animal Crossing n’est pas un jeu "détente". 

Entre l’achat de meubles, l’organisation de votre île, les multiples déménagements et la pléthore de ponts ou rampes à construire, vous avez sans cesse besoin de moula – et je ne parle même pas des emprunts à rembourser auprès de Tom Nook…

Publicité

Vous pouvez pêcher, vous tuer à cueillir vos fruits ou encore attraper d’horribles tarentules mais il n’existe qu’une seule méthode pour faire réellement de l’argent : l’achat et la revente de navets. Grâce à moi, vous allez maintenant savoir comment gagner très facilement des millions de clochettes en très peu de temps – zéro arnaque, zéro carte bleue.

Vous êtes à deux doigts de devenir aussi riche que moi. © Nintendo

C’est quoi cette histoire de navets ?

On ne parle pas du dernier film de Philippe de Chauveron mais bien de la plante herbacée de la famille des brassicacées. En effet tous les dimanches, de 6 heures à midi, Porcelette (Daisy Mae en anglais) viendra dans votre village vous proposer ses stocks de navets à plus ou moins bon prix. Cette mécanique de jeu ne date pas d’hier : elle est présente depuis les débuts de la franchise, auparavant incarnée par la laie Porcella qui a désormais laissé la suite de l’entreprise familiale à sa petite fille.

Publicité

"Pourquoi les navets ?" me demanderez-vous curieux que vous êtes. Il s’agit tout simplement d’un jeu de mots dans la version japonaise car les mots utilisés pour désigner les "navets" (蕪) et les "actions financières" (株) ont la même prononciation : kabu.

À l’instar des actions, elles montent et descendent au fil des journées et des semaines. Leur prix d’achat à Porcelette est fixé aléatoirement dans chaque village tous les dimanches : entre 90 et 110 clochettes le navet, achetables par pack de 10.

Pour les revendre, il faudra compter sur Méli ou Mélo (Timmy et Tommy en anglais), les deux ratons-laveurs de la boutique Nook qui se feront un plaisir de vous les racheter à différents prix. À l’exception du dimanche, les jumeaux vous rachèteront toute la semaine à des prix très différents : entre 40 et 660 le navet. De rapides calculs vous amèneront donc à la conclusion que vous pouvez faire de merveilleux profits si vous réussissez à optimiser vos marges.

Publicité

À noter que vous aurez deux prix différents par jour (avant et après midi) et que vous n’aurez que 6 jours pour les vendre. Car attention, le business du navet est risqué : une semaine pile après leur achat, les navets pourriront et perdront toute leur valeur (mais attirent les fourmis au passage). Pour les petits malins, sachez aussi que "remonter dans le temps" fera instantanément pourrir vos navets mais pas "avancer dans le temps".

Être patient ou provoquer la chance

Alors comment devenir riche avec les navets ? Vous pouvez la jouer de manière "classique" et espérer des bons prix dans votre village ou celui de vos ami·es. Mais même avec cette méthode, je vais vous donner des moyens de réduire le capital-risque. En effet, le hasard n’est pas total sur les prix d’achat et de revente des navets, les courbes suivent des modèles prédéfinis : en "bosse de chameau", décroissantes, petit pic, grand pic, etc.

Pour estimer au mieux vos gains, vous pouvez utiliser cet incroyable tableau dynamique créé par des traders acharnés de la franchise. On vous conseille même d’en faire un drive partagé entre amis (avec une page par village) pour optimiser vos chances, car c’est aussi ça la finance des navets : le partage.

Publicité

Clairement pas les meilleures prévisions cette semaine…

Il y a évidemment une autre méthode, celle de la mondialisation et du libre-échange. Pour cela vous aurez besoin de deux choses : un abonnement au Nintendo Switch Online et de la patience. En effet, une partie non-négligeable de la communauté Animal Crossing est prête à coopérer ensemble pour faire un maximum d’oseille… avec des navets. C’est en parcourant l’Internet que vous pourrez trouver les meilleurs taux, ceux à plus de 500 clochettes le navet, parfois même 600.

Le site de référence c’est Turnip Exchange, ou vous trouverez de nombreuses îles disponibles pour acheter et vendre des navets au meilleur tarif. Malheureusement pour cela il faudra aussi s’armer de beaucoup de patience car il faudra faire la queue, très longuement parfois, les capacités online de Nintendo n’étant pas optimales.

Certains sont de bonnes âmes et souhaitent le bonheur commun, donnez leur un pourboire, 99 000 clochettes par exemple, ils apprécieront. D’autres plus avides demandent carrément des "tickets d’entrée", notre conseil est d’éviter ce genre de marché, surtout lorsque le deal vous paraît trop abusif.

Certains sont vraiment trop bien organisés sur Turnip Exchange.

Pour augmenter la confiance envers ces marchés, vous pouvez vous tourner vers des serveurs Discord, comme celui-ci, ou même le forum jeuxvideo.com dédié au sujet si vous n’êtes pas à l’aise avec l’anglais. Armez-vous de patience et vous verrez : la fortune est au bout, rapidement vous serez pris dans l’engrenage incessant de toujours vouloir amasser plus de clochettes, de vendre plus de navets, et d’en racheter encore plus le dimanche d’après.

On vit vraiment une époque formidable.

Restez chez vous et binge-watchez toutes les vidéos de Konbini food, c’est par ici !

Par Pierre Bazin, publié le 10/04/2020