© Diego Alary via Instagram

Diego de Top Chef : "Le service en cuisine, c’est un peu comme le match en football"

Avant d'être cuisinier et de frapper à la porte Jean Imbert, il a joué contre Mbappé et a failli devenir pro.

On l’avait vite compris avec son portrait diffusé lors du premier épisode de l’émission de M6 : Diego Alary, 22 ans, aurait pu être le petit prince des terrains de foot avant d’être celui des fourneaux. On lui a passé un petit coup de fil en plein confinement pour discuter avec lui de ses joueurs préférés et des points communs entre le ballon et la cuisine.

Publicité

Konbini ⎮ Raconte-nous ton histoire avec le foot.

Diego Alary ⎮ C’est très simple : j’ai grandi dans le foot, avec une famille qui adorait ça. J’ai commencé le foot tout petit : à 1 an, j’avais des ballons partout chez moi puis j’ai commencé très tôt à Ivry-sur-Seine, vers 4 ans. À l’âge de 13 ans, ça commençait à devenir sérieux, j’étais en centre de formation du CFFP, à Paris. J’étais en sport-étude en fait, j’allais à l’école le matin, et l’après-midi, j’avais entraînement. J’ai ensuite passé tous les tests à l’INF Clairefontaine, mais quand je venais d’avoir 15 ans, j’ai eu une grave blessure au tibia péroné, et mon rêve s’est brisé.

J’ai essayé de reprendre après, il faut être coriace, et je n’avais pas assez le mental pour revenir dans la course. C’est un milieu compliqué sans blessure, donc avec… Je n’ai pas pu remarcher pendant 1 an, je suis resté 6 mois en fauteuil, l’horreur.

Publicité

Il y a donc eu une petite période où je me suis posé pas mal de questions, j’ai "zoné", on va dire. J’ai trouvé la cuisine car ma mère m’a dit un jour "vas-y, fais la cuisine". Je regardais Top Chef, et je suis allé toquer à la porte de Jean Imbert, à l’Acajou à l’époque. Il m’a accueilli avec un café, et il m’a fait faire un stage.

Tu es allé frapper à sa porte comme ça, alors que tu avais à peine commencé la cuisine ?

Je n’avais rien à perdre !

Publicité

Selon toi, qu’est-ce que le foot et la cuisine ont en commun ?

Les valeurs, les traditions. Dans le foot, il y a des codes à respecter, des règles. C’est aussi un métier qui demande du temps. Il y a le respect des anciens dans toutes les équipes dans lesquelles tu passes. Il y a du travail, de l’entraînement, c’est un peu pareil dans la cuisine, il faut répéter les mêmes gestes. Tu t’entraînes pour un service, et le service en cuisine, c’est un peu comme le match en football.

Tu suis le foot ? T’es pour qui ?

Publicité

Pour l’OM ! J’ai grandi entre Avignon et Ivry-sur-Seine. C’est le seul club français à avoir la Ligue des champions ! J’ai grandi avec Drogba, Cissé, Nasri… C’est un magnifique club. Quand on va au Vélodrome et au Parc, on voit la différence ! Dès que je peux, je vais au Vélodrome.

Tu connais des joueurs ?

Oui, certains, je vais essayer d’organiser des lives avec eux sur Instagram.

"Pour Mbappé, je ferais un plat à mon image, avec du piment, de l’acidité et de la gourmandise"

Pour quel footballeur rêves-tu de cuisiner ? Tu lui ferais quoi ?

Sincèrement, il y a un mec pour qui j’aimerais faire à manger, et j’ai joué contre lui alors qu’il était à Bondy, c’est Mbappé. Il va marquer l’histoire du foot. Je lui préparerais… [Il hésite un peu.] Un plat à mon image, avec du piment, de l’acidité et de la gourmandise. Un truc "tasty".

Et pour tes joueurs préférés, ceux de ta jeunesse, tu cuisinerais quoi ?

Moi, j’étais défenseur central, j’adorais le vice, j’étais un joueur très dur, j’adorais faire perdre la tête aux attaquants. Donc j’adorais Gabi Heinze, il m’avait scotché. Je lui ferais une "putain" de viande grillée et je lui montrerais qu’un Français peut mieux cuisiner le chimichurri qu’un Argentin. 

Pour Drogba, je revisiterais un peu la salade César. Et pour Djibril Cissé, je ferais un tigre qui pleure [bœuf façon thaï mariné et grillé, ndlr]. 

C’est qui le Mbappé de Top Chef ?

Y a pas de Mbappé cette saison, mais en tout cas, il y a un candidat qui a de l’expérience, qui a vraiment son identité culinaire, c’est Adrien. C’est celui qui "pue" le plus la cuisine on va dire ! D’ailleurs, c’est Adrien et moi les meilleurs de Top Chef au foot. Depuis le premier jour, on avait un ballon, qu’on a même perdu dans la cour. Entre deux épreuves, on tapait la balle, on faisait des brésiliennes. 

Par Lucie Bacon, publié le 28/04/2020