AccueilStory

En Italie, 7 marques de pâtes sur 20 contiennent du glyphosate

Publié le

par Robin Panfili

© Getty Images

Outre le recours au blé étranger, c’est la présence de l’herbicide dans des marques vendues en supermarché qui fait débat.

Depuis plusieurs années déjà, la question du blé dur, utilisé pour fabriquer les pâtes, est un sujet sensible en Italie. Après l’affaire du blé canadien, arrosé de glyphosate quelques jours avant la récolte, les Italiens avaient largement délaissé ce dernier, pour s’orienter vers du blé mexicain, américain ou, plus rarement, italien. En 2017, le bras de fer entre le gouvernement italien, désireux d’offrir davantage de transparence au consommateur en indiquant la provenance du blé, s’était heurté à la volonté des industriels de garder une part de mystère.

Aujourd’hui, alors que certaines marques de pâtes italiennes (plus ou moins) artisanales redoublent d’efforts dans le contrôle de la qualité de leur blé dur, d’autres se montrent un peu moins scrupuleuses. Le magazine italien Il Salvagente vient de publier les résultats d’une vaste étude, menée en laboratoire, démontrant que sept des vingt marques de pâtes vendues en Italie contiennent du glyphosate.

Blé étranger et herbicide

"Les données parlent d’elles-mêmes", résume le magazine Dissapore, qui relaie l’étude. Une grande partie du blé dur qui atterrit dans les assiettes des Italiens provient de l’étranger et contient du glyphosate. Pour Il Salvagente, la législation en vigueur qui contraint les industriels à indiquer la provenance de leur blé (UE ou hors UE) ne permet pas de savoir si certaines marques ont toujours recours au fameux blé canadien, "mais les suspicions sont élevées".

Parmi les marques présentant des traces de glyphosate et fabriquées à partir de blé non italien, on retrouve Divella, Esselunga, Eurospin, Garofalo, Lidl et Rummo. Mais la présence de glyphosate n’est pas pour autant l’apanage des blés étrangers. "Bien qu’il soit contenu et en deçà des limites légales, du glyphosate a également été retrouvé dans des spaghettis Agnesi réalisés à partir de blé 100 % italien", rapporte le magazine.

Les dangers présumés de cet herbicide sur la santé ont largement été discutés au cours de ces dernières années. Le président Emmanuel Macron avait annoncé, en 2017, sa volonté de l’interdire au plus tard en 2020. Mais aujourd’hui, les agriculteurs continuent de l’utiliser et peinent à s’en passer, notamment dans les grandes cultures.

À voir aussi sur food :