© Gene Simmons

Des glaçons dans les céréales : Internet s'enflamme à cause de l'ex-leader de Kiss

C'est quoi votre problème au juste ?

Franchement, celle-ci, on ne l’avait pas vue venir. Le 2 janvier 2020, alors que l’année ne commençait qu’à peine, l’ancien leader du groupe Kiss a partagé sur son compte Twitter l’un de ses petits (et étonnants) secrets culinaires : rafraîchir son bol de lait et de céréales à l’aide de quelques glaçons.

Publicité

Sur le coup, on n’a pas vraiment bien compris le projet. En y consacrant un article mi-étonné, mi-outré, force est de constater que le magazine culinaire Grub Street – suivi par d’autres médias tout aussi surpris – n’a pas vraiment compris non plus le principe d’une telle entreprise.

Une pratique pas si nouvelle

Mais faut-il pour autant voir dans le geste de Gene Simmons une tendance à venir où l’expression d’un péché mignon très personnel ? Pas vraiment. D’abord parce que Gene Simmons s’adonne à cette pratique depuis déjà près de trente ans, selon son frère Nick Simmons. Ensuite parce qu’il n’est clairement pas le seul à y avoir recours.

En 2009, la chanteuse et actrice américaine Jennifer Hudson avait déjà exprimé, sur Twitter, elle aussi, son attrait pour les glaçons dans le lait. "Je ne supporte pas le lait chaud. J’ajoute toujours trois à cinq glaçons dans mes céréales", écrivait-elle alors.

Publicité

Si la pratique semble donc être courante chez certains de nos amis américains, notre enquête poussée dans les archives publiques de Twitter nous a menés vers d’autres révélations : la France n’est clairement pas étrangère à ce genre de mode de dégustation des céréales. Ces dernières années, plusieurs internautes francophones ont revendiqué fièrement et publiquement cette drôle de pratique.

En juillet dernier, cette particularité culinaire avait même été épinglée et raillée par Les Produits laitiers, l’une des structures de l’interprofession laitière française, particulièrement active sur les réseaux sociaux et auprès d’un public jeune et connecté. 

Publicité

Par Robin Panfili, publié le 06/01/2020