AccueilStory

On a passé notre week-end à fabriquer une maison en charcuterie

Publié le

par Konbini Food

(© Konbini food)

On s'est lancé dans la mode du moment pour que vous n'ayez pas à le faire.

Ohohoh, ça y’est, "All I Want For Christmas Is You" de Mariah Carey a été posté par une ancienne connaissance sur votre timeline, et c’est donc irréversible : l’esprit de Noël s’installe dans votre salon sans avoir frappé à la porte. Toujours à l’affût des dernières tendances Pinterest telle une quinqua en confinement, voilà qu’apparaît depuis quelques jours dans ma veille déco douteuse une alternative à la fameuse maison en pain d’épice synonyme d’amusement, de joie et de gourmandise pour les mois de l’année où la nuit tombe à l’heure du goûter. Sous le hashtag #charcuteriechalet, dont les premières occurrences remontent à 2016 (une éternité en temps Internet), des amateurs de décors comestibles s’attellent à reproduire des petites maisons aux murs en gressins, aux toits en saucisson et aux allées en fromage. Il n’en fallait pas moins pour que j’en parle dans le groupchat et que mon homologue de Konbini Sports lance les dés du destin à ma place sur le programme de mon week-end.

Ne nous voilons pas la face, en ces temps confinés, ce projet ludique tombe à point nommé, me donnant une bonne occasion de cocher la deuxième case de mon attestation pour m’échapper de mon intérieur à la recherche des ingrédients indispensables à mon projet architectural. Un peu de rétro-ingénierie, du bon sens et quelques vidéos YouTube regroupant une vingtaine de vues plus tard, ma liste est prête :

  • 3 boîtes de gressins aux dimensions uniformes
  • une vingtaine de tranches de saucisson
  • des crackers de grandes tailles
  • 250 grammes de ricotta
  • 1 bouquet d’aneth
  • 1 sachet de parmesan en poudre
  • des petits bretzels
  • des crackers

Étant préposé aux préparations de notre série de classements définitifs, le contenu de mon panier ne fait pour une fois par sourciller le caissier, et je profite de mon vendredi soir pour préparer les équipements solides de ma future création. Pour faire tenir les murs : une boîte en carton un peu plus petite que mes gressins emballée dans une feuille de papier alu. Pour le toit, je pique l’idée d’un des tutos de chalet en pain d’épice repéré sur YouTube : utiliser une couverture de magazine assez épaisse, emballée elle aussi dans du papier alu. Deux plis pour créer un toit pentu avec un dessus plat pour pouvoir y déposer une poutre en gressin. Demain matin, je bâtis.

Premières déconvenues

Au matin, me voilà dans ma cuisine, à fouetter de la ricotta avec du sel et du poivre que j’utiliserai en ciment pour coller mes gressins sur mes grands crackers.

(© Konbini food)

(© Konbini food)

(© Konbini food)

Crackers, ciment en ricotta et gressins, voilà mes deux murs principaux montés et placés au frais – première de mes erreurs. En effet pendant que je découpe mes gressins pour les murs latéraux, le passage au frigo et la ricotta ramollissent mes crackers et mes murs bien droits deviennent tout courbés. N’ayant pas peur de faire vivre mes santons imaginaires dans l’ancien, j’arrange le tout en plaçant mon placo en gressins sous une cocotte le temps de boire un café.

(© Konbini food)

Le stratagème fonctionne comme sur des roulettes et me voilà qui monte les murs de mon chalet. Je montre l’avancement à ma petite amie qui applaudit, comme des parents devant un coloriage. Pas dupe, je redouble de minutie pour la suite des opérations. Je remplis les combles de crackers et prépare mon toit avec mes tranches de saucisson en guise de tuiles. Ah la belle cuisine moderne. 

(© Konbini food)

Une affaire de détails

Une fois mon toit posé, un constat se fait évident : ma structure branlante ne supportera pas un transport sans risquer la destruction, il faudra donc que j’immortalise ma création à même la table de ma cuisine en bricolant un fond. Si Stéphane Plaza vendait des maisons en charcuterie, je pourrais facilement postuler pour être son comparse prêt à refaire votre salle de bains en emmental façon "homestaging". Jardinières en saucisson, arbustes en aneth, neige en parmesan, et même en petite allée en biscuits apéro, trois bonnes heures sont passées et je pose les bretzels-fenêtres sur mon chalet, dernières finitions avant emménagement.

Bilan : ma maison s’est écroulée, je me nourris de gressins un peu mous depuis trois jours. Ne vous infligez pas ces choix de vie.

(© Konbini food)

(© Konbini food)

(© Konbini food)

(Notre chalet au toit envolé quelques minutes après l’avoir immortalisé en photo © Konbini food)

À voir aussi sur food :