AccueilStory

Un étudiant récolte 30 000 dollars… en servant des pizzas depuis son balcon

Publié le

par Tess Birkedal Hartmann

Confiné dans son appartement, Ben Berman cuisinait des pizzas dans son salon en échange de dons à des associations.

C’est en mars dernier que Ben Berman, 27 ans et étudiant en master à l’université de Pennsylvanie, commence à concocter des pizzas dans son appartement. Depuis le second étage de son immeuble, il livre ses pizzas par la fenêtre. Si cela pourrait s’apparenter à un restaurant clandestin, il n’en est rien, puisque Ben offre ses pizzas maison en échange de dons pour des associations.

L’idée est née, par hasard, lors du premier confinement de mars 2020. À cette époque, l’étudiant devait recevoir des amis pour dîner et leur préparer des pizzas. Mais le virus et le confinement en ont décidé autrement : la soirée a été annulée. Esseulé avec tous les ingrédients sur les bras, et ne sachant quoi en faire, il se décide à préparer ses pizzas tout de même. Ses amis sont finalement venus, mais seulement pour récupérer les précieuses pizzas depuis la fenêtre du pizzaïolo amateur. Le concept était tout trouvé.

Assez vite, il crée le compte Instagram Good Pizza PHL. Fausse pizzeria, mais vraies pizzas. Le "paiement" des pizzas s’effectue par donation via par Venmo – l’équivalent de Lydia aux États-Unis. Sa petite entreprise bénévole prend un autre tournant quand, en novembre, elle est mentionnée par Dave Portnoy, fondateur du média numérique Barstool Sports, dans sa très suivie rubrique "One Bite Pizza Reviews".

Cette médiatisation donne alors à sa bonne action un sérieux coup de pouce. Aujourd’hui, la Good Pizza PHL a déjà récolté plus de 30 000 dollars de dons, qu’il reverse à des associations luttant contre la précarité et venant en aide aux sans domicile fixe. À savoir qu’il n’est pas obligatoire d’acheter une pizza pour faire un don.

"Je suis passé de 150 followers à plus de 10 000. Je suis vraiment reconnaissant envers la plateforme. Ça nous a aidés à lever près de 15 000 dollars le premier week-end, et ça a commencé à ouvrir des portes. […] Les dons sont venus de gens partout dans le monde, des gens avec aucune attente ou sans même essayer la pizza […]. Qu’importe qui nous donne, 100 % de ce qu’ils nous donnent est redistribué."

Avec plus de 500 pizzas à son actif, il a maintenant décidé d’utiliser un système de loterie. Il suffit de s’inscrire par e-mail ou Instagram aux "pizza drops", deux fois par mois, et attendre d’être tiré au sort. La demande étant tellement importante et les moyens du jeune homme limités qu'il a décidé de produire désormais que vingt pizzas par soir, son four d’étudiant ne supportant pas la cadence effrénée de ce succès.

Celui qui a perdu sa grand-mère du virus en avril dernier profite de cette initiative pour diffuser un message d’espoir en ces temps troublés. "Il y a de la lumière au bout du tunnel maintenant […]. Si je peux apporter un petit peu de joie dans ces derniers mois, ça représente le monde pour moi."

À voir aussi sur food :